Comment adhérer à cette association ?

Mis en avant

Vous voulez adhérer à l’association ? C’est très simple !

Imprimez le bulletin d’adhésion ici: Bulletin adhesion – association – Bien vivre au Perreux sur Marne

Puis remplissez le, et renvoyez le avec un chèque de 5€ à l’adresse suivante:

Pierre SMITH

Association Bien Vivre au Perreux

8 allee des ormes

94170 LE PERREUX SUR MARNE

« Non à la densification » – Commentaires sur l’interview de Monsieur Carrez

 Beaucoup d’entre vous ont du lire l’interview de Gilles Carrez dans le numéro 476 (mai 2018) du magazine municipal LE PERREUX notre cité (LE PNC)

La clarification devenait nécessaire car s’il est exact que notre député a débattu des projets de loi Gayssot et Duflot devant l’Assemblée Nationale, on constate aujourd’hui que notre ville est aujourd’hui défigurée par des constructions qui poussent comme des champignons et dénaturent notre ville.

Tout le monde a en effet vu les constructions se multiplier ces derniers mois et les Perreuxiens subissent au quotidien les désagréments liés aux multiples chantiers (sonores, visuels, manque de place pour stationner…). 

Nos élus locaux semblent enfin réaliser que la politique urbanistique menée pose souci et question. Les diverses pétitions qui ont circulé fin 2017 ont probablement contribué à cette prise de conscience.

Les bonnes nouvelles s’arrêtent malheureusement là, l’interview étant surtout un plaidoyer expliquant en quoi la mairie ne serait responsable en rien dans cette urbanisation brutale.

Que d’une manière générale l’Etat pousse à la densification et à la mixité sociale de la proche banlieue dans le cadre du Grand Paris, dont acte.

Nous souhaitons toutefois préciser que la perspective « d’expropriation de centaines de pavillons » pour construction d’immeubles à vocation sociale n’est clairement pas réaliste. Si beaucoup de contraintes viennent de l’État, celui-ci n’est tout de même pas tout puissant. Le droit de propriété, avant d’être celui de pouvoir vendre son bien, est celui de pouvoir le conserver.

 

Plan Local d’Urbanisme / Permis de Construire

 

Ce que cet article omet par ailleurs de préciser, c’est que l’écriture du PLU a été de la responsabilité de la commune et non de l’Etat.

C’est la commune qui a zoné le territoire et déterminé les règles applicables. C’est la commune dont M. CARREZ était le maire qui a décidé de concentrer la densification sur certains secteurs pour pouvoir maintenir le caractère pavillonnaire d’autres.

L’effet domino n’a pas été pris en compte.

Il aurait probablement été plus opportun d’envisager davantage de petits bâtiments collectifs de taille raisonnable, mieux répartis sur toute la commune et respectueux de l’environnement plutôt que d’énormes immeubles accolés à des zones pavillonnaires qui, de fait, ne le resteront pas. Qui a envie d’avoir un jardin à l’ombre d’un immeuble de 18 ou 21 mètres avec une multitude de vues ? Les observations faites par les associations à cet égard dans le cadre des enquêtes publiques ont malheureusement été très peu été prises en compte.

 Si la disparition imposée des coefficients d’occupation des sols a pu effectivement contribuer à la densification, la maîtrise de l’urbanisation et l’insertion harmonieuse des nouvelles constructions peut se faire par d’autres règles : de hauteur, de prospect, de gabarit, de recul, de retrait ainsi que par la protection du patrimoine bâti et arboré remarquable.

Le modificatif entré récemment en vigueur (fin janvier 2018) apporte d’ailleurs des améliorations non négligeables de ce point de vue mais il ne concerne malheureusement que certains secteurs.

Il est par ailleurs nécessaires que les règles édictées soient appliquées ; c’est une difficulté à laquelle nous avons pu être confrontés.

Nos associations en sont en effet témoins, les services de l’urbanisme laissent “passer” un certain nombre de non-conformités aux règles d’urbanisme, dont certaines sont loin d’être mineures.

Pire, lorsque ces non-conformités sont pointées dans le cadre d’un recours amiable adressé à Mme le Maire, les services instructeurs ne reprennent pas leur copie ; ils maintiennent le permis espérant que les riverains en restent là, faute de moyen financier pour engager une procédure qui coûte en moyenne 5000 €.

Donner à croire que des associations attaquent systématiquement les permis de construire accordés aux promoteurs est fallacieux. Elles n’en ont bien sûr pas les moyens !

 

Par ailleurs, s’Il y a effectivement une disposition de l’avant projet de loi ELAN qui prévoit de lutter contre les recours abusifs et de tenter d’accélérer leur traitement par les tribunaux, il ne s’agit pas d’une limitation du droit de recours à proprement parler.

Associations et riverains pourront continuer à soulever les non-conformités.

Entendons-nous bien ; nul ne souhaite empêcher les propriétaires de vendre leur terrain et s’opposer à la construction de tout immeuble. Il s’agit en revanche que les constructions projetées soient conformes au droit de l’urbanisme et un minimum respectueuses de l’environnement.

D’autant que les pouvoirs locaux ne sont pas dépourvus de tout moyen.

Ainsi cet article évoque la « décision courageuse » de geler toute nouvelle délivrance de permis pour les immeubles.

On ne peut que s’en féliciter dans la mesure où le Perreux n’est clairement pas dimensionné pour accueillir 1500 logements supplémentaires en 2/3 ans (soit 3500 à 4000 nouveaux Perreuxiens), conséquence des permis de construire accordés par la Mairie.

Il s’agit en revanche d’une décision tardive annoncée en juin 2017 et appliquée de manière assez peu uniforme, certains projets ayant effectivement été refusés pendant que d’autres continuaient à être acceptés jusqu’en janvier 2018 selon des critères assez subjectifs… Mais cette politique de refuser des permis de construire ne pourra pas tenir longtemps face au préfet et aux tribunaux, qui imposeront rapidement d’accorder des permis de construire s’ils respectent le PLU. C’est donc le PLU qu’il faut revoir, car il permet trop de construction au Perreux.

Dans la mesure où une modification du PLU était en cours, les services de l’urbanisme auraient de surcroît du prononcer des sursis à statuer plutôt que d’attribuer des permis sur la base de règles qui allaient changer quelques semaines plus tard.

C’est justement pour ce cas de figure que le législateur a créé le sursis à statuer, ceci afin d’éviter de valider des projets incompatibles avec les nouvelles règles.

Comment dès lors expliquer ce refus de la ville qui a été fortement préjudiciable à bon nombre de perreuxiens ? De fait les promoteurs et constructeurs ont profité de cette situation.

La densification atteint ses limites

La densification de notre ville montre ses limites à tous les niveaux, mais cela est particulièrement criant pour les écoles: entre 2014 et 2018, une école comme Clémenceau B est passé de 14 a 17 classes ! Les nouvelles salles de classes ont donc été crées en lieu et place de la bibliothèque, de la salle informatique,… magnifique pour l’enseignement de nos enfants ! Avec des locaux qui ne s’agrandissent pas (cours, cantines, refectoires,…): ce sont donc aussi nos enfants qui subissent ces conditions d’éducation dégradées.

Et ce n’est pas la construction d’une nouvelle école de 6 classes uniquement qui va changer grand chose… Il faudrait au moins 3 nouvelles ecoles comme celle-ci ! Mais il n’y a plus de terrain disponibles pour les ecoles au Perreux… 

 

Logement social / Pénalités

En ce qui concerne la pression de l’Etat sur la nécessaire construction de logements sociaux.

A défaut de pouvoir atteindre les 25% de logements sociaux requis par la loi pour 2025, les communes les plus en retard – dites « carencées » – doivent s’engager de manière triennale sur la construction d’un certain nombre de logements.

Pour nos élus, il devenait très certainement impératif de valider la construction de grands ensembles afin de donner des gages de bonne foi à l’Etat. Mais les logements sociaux n’étant obligatoires que pour les constructions de plus de 1000 m2 et seulement dans les zones dites de “mixité sociale”, de fait, pour rattraper le retard accumulé il faudra plus de 20 ans …

Le problème du logement social est connu depuis longtemps. La délibération du Conseil municipal instaurant un droit de préemption sur la commune remonte à 1995. Ce qui aurait pu permettre une augmentation progressive du contingent de logements sociaux respectant davantage notre cadre de vie.

Quant à l’amende à laquelle est condamnée le Perreux par le ministère du logement – c’est la loi quand les quotas ne sont pas respectés – elle est certes très, trop,  importante (1,4 millions € en 2018), mais beaucoup moins que celle mise a la charge de nos voisins de St Maur (4,5 millions) par exemple.

Des arbitrages ont été faits ; ils l’ont été au détriment de la préservation de l’environnement immédiat de bon nombre de Perreuxiens.

Compte-rendu d’AG 2018

Bonjour !

l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Association BIEN VIVRE AU PERREUX, s’est réunie le 23 Mai 2018 à 20h30, au 8 allée des Ormes, Le Perreux pour délibérer sur l’Ordre du Jour suivant :

  • Rapport moral du Président de l’Association
  • Rapport financier exercice 2017
  • Organisation du Bureau
  • Questions diverses :

Autorisation pour l’association de s’associer à un recours contentieux

Réponse à l’article de la Mairie publié dans le Journal Municipal

Adhésion à l’association Val de Marne Environnement

Compte-rendu du débat

 

———————————————————–

1/ Rapport moral du Président:

Cette année a été très active pour notre association !

En effet, l’actualité urbanistique sur notre ville a elle aussi été intense et nous nous sommes mis au diapason.

Tout d’abord, nous avons rencontré la mairie le 16/06/2017 pour lui faire part de notre mécontentement concernant le permis de construire déposé pour le 4 allée des ormes, pour lequel le promoteur souhaite faire un parking aérien en lieu et place d’un jardin, mais aussi et surtout dans un cœur d’îlot vert, censé être protégé et inconstructible par le nouveau PLU. Comment imaginer qu’un parking soit compatible avec la protection d’un cœur d’îlot protégé ! Nous avons donc suggéré à la mairie de mettre en place une modification du PLU pour forcer les promoteurs a enterrer ce type de parkings, et les interdire au milieu des cœurs d’îlots verts. Cette modification du PLU a finalement été acceptée par la mairie, et mise en place dans la modification du PLU de décembre 2017.

Notre association s’est ensuite associée à un recours gracieux puis contentieux qui a été déposé contre le projet du 4 allée des Ormes. Nous avons aussi aidé un adhérent à déposer un recours gracieux contre le projet du 29 allée Guy Mocquet.

Nous nous sommes aussi rapprochés d’autres associations, qui se sont aussi créées pour protéger notre cadre de vie et notre environnement: Ensemble Brossolette, et Agir pour le Perreux. Nous ne sommes plus seuls ! Ces 2 associations sont d’ailleurs représentées aujourd’hui, et nous les en remercions. Ensemble Brossolette a déposé un recours contre le permis de construire au coin avenue Pierre Brossolette / allée des ormes, qui présente de nombreuses irrégularités.

Enfin, nous avons organisé ce moment festif qu’est la fête des Voisins, et cela sera aussi organisé en Juin 2018 !

 

2/ Rapport financier du Bureau

Le compte en banque de l’association fait apparaitre un solde positif.

 

3/ Organisation du Bureau

Les mandats des présidents et trésorier sont renouvelés

 

4/ Questions Diverses:

 

4.1/ Autorisation pour l’association d’intenter un recours contentieux

Après en avoir délibéré en assemblée générale, et conformément aux statuts,  l’Association donne mandat à son président pour intenter le recours à l’encontre du permis n°094 058 17 01118 délivré le 04/08//2017 par le Maire du Perreux-sur-Marne portant sur la construction d’un immeuble collectif de 11 logements. En outre, l’Association confie à Me Jacques-Alexandre Bouboutou le soin d’établir ce recours et de le déposer auprès du Tribunal administratif de Melun.

4.2/ Réponse à l’article de la Mairie publié dans le Journal Municipal

La mairie du Perreux a détaillé dans le Journal Municipal du mois dernier son point de vue sur l’évolution de l’urbanisme dans notre ville. En accord avec les Associations ‘Ensemble Brossolette’, et ‘Agir pour le Perreux’, il est proposé d’apporter une réponse à cet article publié pour donner le point de vue des associations, qui est assez différent de celui de la mairie.

4.3/ Adhésion à l’association Val de Marne Environnement

Après en avoir délibéré en assemblée générale, il est décidé de faire adhérer notre association à l ‘association Val de Marne Environnement, elle-même adhérente a l’association France Nature Environnement (information sur https://www.fne.asso.fr/)

4.4/ Compte-rendu des débats

Le Schéma d’Orientation Territorial est en cours d’instruction au niveau du Grand Paris, et plus tard probablement révision du SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale), et du SDRIF (Schema Directeur de la Region Ile de France). Il faudrait donc trouver les bons leviers pour peser lors de la mise à jour de ces documents urbanistiques importants.

Une possibilité serait de faire agréer l’association au niveau Val de Marne: http://www.val-de-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-prevention-des-risques/Environnement/Associations-environnementales-du-Val-de-Marne

Un adhérent indique que l’argumentaire ne doit pas être tant de protéger les zones pavillonnaires pour le confort de quelques-uns, que

– de protéger le peu de nature que nous avons en ville aujourd’hui:

o   une fois qu’un arbre centenaire est coupé dans un jardin pour un projet immobilier, il n’est jamais remplacé

o   il faut plusieurs centaines milliers d’années pour constituer de la terre arable, une fois qu’une zone verte est bétonnée, elle n’est plus jamais reconstituée

o   on constate par exemple une diminution du nombre d’oiseaux de -25% en 10 ans en Ile de France, plus grosse baisse historique

– alors que le peu de nature que nous avons encore en ville nous permet de limiter les effets des canicules en été, et à quelques espèces de survivre dans nos villes (crapauds, chauve-souris, hérissons, belettes,…). Comme on le constate, les villes deviennent invivables en été, ce sont les quelques espaces verts (publics ou privés) qui permettent alors de respirer encore. Ce peu de nature encore existants est tres majoritairement constitué de zones privées au Perreux, car les zones vertes publiques sont pratiquement inexistantes dans notre ville (2 m² d’espaces verts publics au Perreux, pour une recommandation de 10 m² par l’OMS)

– le peu de nature que nous possédons encore au Perreux et dans les villes avoisinantes est donc LA caractéristique que nos communes et PLU doivent préserver, car il s’agit d’un bien collectif d’une grande rareté, permettant a l’agglomération parisienne de ‘respirer’ un peu, alors que la ville de Paris est déjà l’une des plus denses du monde

– la densification de notre ville atteint ses limites, par exemple pour les écoles: entre 2014 et 2018, une école comme Clémenceau B est passé de 14 a 17 classes ! Les nouvelles salles de classes ont été crées en lieu et place de la bibliotheque, de la salle informatique,…super ! Avec des locaux qui ne s’agrandissent pas (cours, cantines, refectoires,…): ce sont donc aussi nos enfants qui subissent ces conditions d’éducation dégradées.

=> L’agglomération parisienne a besoin des zones pavillonnaires et vertes, il faut les protéger pour préserver le peu de qualité de vie que nous avons encore.

Une nouvelle association est née: ‘Ensemble Brossolette’ !

Bonjour a tous,

Bonne nouvelle: une nouvelle association qui a les mêmes convictions que la notre est née: ‘Ensemble Brossolette’ !

Vous obtiendrez toutes les infos nécessaires auprès de cette adresse mail: ensemble.brossolette@free.fr

Cette association a aussi pour but de préserver la qualité de vie de notre quartier.

Une première réunion s’est tenue le 11 novembre dernier, pour décider en particulier de la conduite à tenir vis a vis du projet du 204 avenue Pierre Brossolette, et d’un recours à déposer auprès de la mairie contre ce projet.

Une très nombreuse assemblée a répondu à l’appel pour cette réunion, preuve que les habitants du Perreux souhaitent massivement conserver le caractère pavillonaire du Perreux, bien loin des projets pharaoniques que nous voyons se développer autour de nous.

Un recours sera déposé auprès de la mairie contre ce projet de 40 logements sur le coin avenue Pierre Brosolette/allée des ormes, en lieu et place d’un pavillon.

Rappelons que les infrastructures (routes, égouts, écoles,…) ne permettent clairement  pas d’accueillir ce projet, et surtout que ce projet ne s’intègre pas du tout dans le tissu pavillonnaire de notre ville.

Au dela de la contestation de ce projet que nous comptons bien faire aboutir, il s’agit d’infléchir la politique urbanistique de la ville.

Et plus nous serons nombreux à manifester notre mécontentement aupres de la mairie, tant individuellement que collectivement, plus nous aurons de chance de mettre une terme à cette dégradation progessive de notre cadre de vie.

Aussi, n’hésitez pas à passer le message autour de vous. Nous continuerons bien sur a vous tenir informés.

Le lutin du Perreux sur Marne

 

 

Recours déposé contre le projet du 4 allée des ormes

 

Bonjour a tous,

Comme nous l’avons décidé lors de l’AG, nous avons déposé un recours gracieux auprès de la mairie contre le projet du 4 allée des ormes. En effet, ce projet d’un immeuble avec parking en plein air est clairement démesuré par rapport à la physionomie pavillonnaire de notre quartier que nous souhaitons préserver, et porte atteinte à de nombreux adhérents de notre association.

En particulier, nous sommes en désaccord avec le parking en plein air de ce projet, qui sera dans le cœur d’ilot, donc dans une zone censée être protégée par le PLU. Cet immeuble sera aussi attenant avec les pavillons mitoyens, qui vont donc perdre de la lumière et de la tranquillité, dans une zone censée être pavillonnaire selon le PLU.

Enfin, nous constatons que les immeubles poussent en ce moment comme des champignons au Perreux sur Marne, alors que les infrastructures ne peuvent clairement pas absorber cette densification. Il est en effet devenu impossible de garder une voiture, les égouts débordent en cas de pluie abondante, les écoles sont surpeuplées….

Nous espérons que la mairie saura écouter le bien-fondé de ces arguments, et mettra en application les promesses faites lors de la campagne électorale sur le PLU: conserver le caractère pavillonaire et vert du Perreux sur Marne !

Mais s’il le faut, la 2e étape, sera en recours contentieux au niveau du tribunal de Créteil.

A bientôt,

Le lutin de Perreux sur Marne

 

Rendez-vous avec Mme le Maire

Bonjour a tous,

Suite a notre courrier que vous trouverez ici (Demande de rdv 05 2017 v2), nous avons rendez-vous avec Mme le Maire vendredi prochain, a propos du permis de construire du 4 allée des ormes, pour lequel un grand parking a ciel ouvert est prévu dans la zone censée être non constructible et protégée.

Nous vous tiendrons au courant de la suite des événements.

A bientôt,

 

Le lutin du Perreux

Fete des voisins !

Bonjour a tous !

La fête des voisins du quartier fête son 11ème anniversaire !

Rendez-vous le vendredi 16 juin 2016  à partir de 19h30 ! 

Apportez votre spécialité pour un apéritif dînatoire et une chaise au niveau du  8 –11 allée des Ormes.

Pour toutes vos suggestions ou questions contactez-nous.                                              

 

A très bientôt !

 

Vos voisins

Compte-rendu d’assemblée générale

Compte rendu d’Assemblée générale du 04/05/2017

 

1/ Points divers :

          les mandats des présidents et trésorier sont renouvelés

          le compte en banque de l’association est en positif

2/ Point sur les permis de construire dans le quartier

  • 204 avenue pierre brossolette : 40 logements

204 ave P Brossolette.JPG

2.2/ 29 avenue pierre Brossolette

=> pas d’info pour l’instant

2.3/ 4 allée des ormes :

4 allee des ormes 

Face à ces permis de construire de promoteur qui cherchent à bétonner notre quartier, ne nous laissons pas faire ! Faisons entendre notre voix pour conserver notre qualité de vie et la tranquilité de vie de notre quartier.

Nous sommes prêts à activer tous les leviers possibles pour cela, y compris, et en dernier recours évidemment, des recours en justice. En attendant, ne perdons pas espoir, les promoteurs peuvent toujours faire évoluer leurs projets et les rendre acceptable pour les habitants actuels, en les intégrant correctement dans le tissu pavillonnaire.

Nous vous tiendrons au courant.

Le lutin du Perreux

 

Mauvaise nouvelle…

Bonjour,

Mauvaise nouvelle: il semblerait qu’un promoteur ait jeté son dévolu sur la parcelle du 4 allée des ormes… Et que son projet ne s’accorde pas du tout avec la physionomie de notre quartier pavillonnaire, ni avec l’esprit du nouveau PLU qui a justement pour but de limiter la densification hors des grands axes, et de protéger les zones vertes…

En particulier, il semblerait que le projet du promoteur inclut un parking extérieur dans le cœur d’ilot vert, alors que cette zone doit justement être protégée par le PLU ! Comment peut-on imaginer qu’un parking soit compatible avec la biodiversité, les trames vertes et bleues, et la protection du cœur d’ilot vert ??? Au milieu des huiles de voitures,  des pots d’échappements, et des voitures stationnées, on imagine mal comment la flore et la faune pourraient se développer ….! Entre 2 voitures garées, on pourra peut-être observer 2 brins d’herbe faméliques qui vont se battre en duel….

Le nouveau PLU vient d’être promulgué, il s’agit d’une question de principe: nous ne devons pas accepter que des parkings puissent remplacer les cœurs d’ilots verts ! Sinon, le Perreux va très vite se retrouver transformé en un vaste parking, en lieu et place des zones vertes actuelles, car les promoteurs vont vite s’engouffrer dans la brèche pour optimiser leurs bénéfices au détriment de notre qualité de vie !

Nous allons organiser une réunion de l’association pour vous tenir au courant des actions a mener pour protéger notre quartier.

A bientôt !

Le lutin du Perreux sur Marne

PLU approuvé et réponse de la mairie a notre demande

Bonjour a tous,

Je tenais a vous informer des dernieres infos concernant le nouveu PLU.

Comme vous le savez certainement, le PLU a maintenant été arréte, voté et approuvé par le conseil Municipal.

 

Notre quartier est maintenant classé en zone UM, dont les caracteristiques principales sont les suivantes :

Art6

Implantation sur rue

Retrait 5m

Existant :

-aucune extension dans marge

-surélévation possible si existant entre 3 et 5m de recul

-si existant entre 0 et 3m :pas de surélévation à moins de 3m

Art7

Implantation limites séparatives

-Entre 5 et 20m de rue :

Largeur terrain<18m : de limite à limite

Largeur terrain >18m : 1 marge obligatoire de 8m si baie, 3m si ouverture avec allège hauteur >1,90m ou jour souffrance.

-Entre 20 et 35m de rue : 2 marges de 8 ou 3m

-Au-delà : aucune construction nouvelle

-En fond de parcelle : marge de 8 ou 3m

Art8

Implantation constructions entre elles

Entre bâtiments :8m si baies,

3m si ouverture avec allège hauteur >1,90m ou jour souffrance.

Sur même bâtiment (U par ex) : 4m

 

Art9

Emprise au sol

40% privilégiée entre 5 et 20m de rue,

si pas atteint : 10% maxi entre 20 et 35m de rue

Terrains d’angle limite peut être dépassée dans limite de 50%

Art10

Hauteur constructions

Entre 5 et 20m de rue :7m à égout toit et 10m faîtage

Au-delà 20m de rue : 3m à égout toit et 6m faîtage

Art11

Aspect extérieur, clôtures

Clôture rue : hauteur maxi 2m à claire voie dont mur hauteur maxi 0,90m

Clôture entre voisins : hauteur maxi 2m

Art12

Stationnement

-Construction <80m² :1 place par logement

-Construction entre 80 et 250m² : 2 places avec mini 1 par logement

-Construction >250m² : 2 places + 1 par tranche de 60m² avec mini 1,1 par logement

2 roues : 0,75m² par logement jusqu’à 2 pièces et 1,5m² dans autres cas avec mini 3m²

Art13

Espaces verts

50% dont 25% en pleine terre

Terrains d’angle : 40% dont 20%

1 arbre haute tige par 100m² planté

Au final, ces dispositions devraient empecher la constrution d’immeubles, en particulier en limitant la constructibilité dans la profondeur des parcelles, qui devrait protéger les cœurs d’ilots verts, et en limitant la hauteur des constructions.

Notre demande de continuer a bénéficier des memes dispositions que les bords de Marne, comme c’était le cas dans le POS précédent, a été rejetée.

La Mairie a fait une réponse a notre demande dans le cadre du rapport du commissaire enqueteur suite  l’enquete publique. Voici la reponse de la mairie :

reponse-mairie

 

En conclusion : Je pense que nous pouvons nous satisfaire de la conclusion de ce PLU, dans le sens ou le plus important est préservé : un quartier pavillonaire, vert, et agréable a vivre.

Ce qui n’était pas du tout gagné au début de la procédure….

Merci a vous qui vous etes mobilisés pendant tout ce temps.

 

Cordialement,

 

Le lutin du Perreux